Chaleur, travail et malaise, comment réagir?

Chaleur, travail et malaise, comment réagir?

Chaleur travail, malaise

Malaise suite à un coup de chaleur: comment réagir ?

Attention en été : une exposition à la chaleur peut provoquer un malaise. Le coup de chaleur, à distinguer d’une insolation, est généralement bénin. Comment le reconnaître ? Comment réagir vite et bien ?

 

Définition:

Le coup de chaleur (appelé aussi hyperthermie maligne) désigne une défaillance des mécanismes de l’organisme visant à contrôler la température. Il survient après une longue exposition à la chaleur.

Ce malaise provoque une déshydratation et une augmentation de la température corporelle de la personne.

 

Cause:

Le coup de chaleur est principalement dû à une longue exposition à la chaleur ou à la réalisation d’efforts prolongés et intenses dans un environnement chaud et/ou humide. Il peut aussi survenir après un séjour prolongé dans un espace confiné et surchauffé comme une voiture.

Certains facteurs favorisent leur survenue :

 

  • une déshydratation ;
  • une transpiration insuffisante chez certaines personnes ;
  • une sensibilité aux changements brutaux de température ;
  • une consommation d’alcool sous la chaleur ;
  • la prise de certains médicaments.

Symptômes:

Les symptômes d’un coup de chaleur peuvent se présenter sous différentes formes :

  • une sensation de soif intense 
  • des vertiges et des étourdissements ;
  • une transpiration abondante ;
  • une forte fièvre (jusqu’à 40 °C) ;
  • une somnolence anormale ;
  • une peau chaude, rouge et sèche ;
  • des crampes musculaires ;
  • des maux de tête ;
  • des nausées, des vomissements ;
  • une vision floue ;
  • une respiration rapide ;
  • une tension artérielle élevée ou au contraire trop basse.

Puis peuvent survenir dans les cas les plus graves :

  • une altération de la conscience se traduisant par de la confusion, un comportement délirant ;
  • parfois, des convulsions ;
  • une perte de connaissance éventuelle suivie d’un coma.
  • Sous sa forme la plus foudroyante, le coup de chaleur peut conduire à la défaillance de plusieurs organes (cœur, foie, reins) et à des troubles de la coagulation.

Toute activité doit être arrêtée dès les premiers signes. Un coup de chaleur peut provoquer le décès chez les personnes les plus vulnérables.

Comment réagir?

En cas de coup de chaleur, chez une personne consciente, il est primordial de suivre ces conseils :

  • la placer immédiatement à l’ombre, au frais, le mieux étant à l’intérieur d’une maison ;
  • la débarrasser de ses vêtements;
  • la rafraîchir à l’aide d’une compresse d’eau non glacée :
  • lui donner régulièrement à boire en attendant l’arrivée des secours;
  • une aération ou une ventilation d’air peuvent également lui être proposées;

Ne pas sous-estimer la gravité d’un coup de chaleur, notamment chez les sujets les plus fragiles.

Une personne inconsciente doit être allongée en position latérale de sécurité, et les secours doivent immédiatement être prévenus. C’est une urgence.

Faut-il appeler immédiatement les secours ?

OUI! : Le médecin est contacté par le SST

Quels numéro?

Le SAMU (15) en priorité

  • le 112, numéro d’appel d’urgence dans les pays de l’Union européenne.
  • le 18, les pompiers.
Formation Sauveteur Secouriste du Travail

Savoir Adopter les bons gestes en entreprises

Devenez Sauveteur Secouriste du Travail (SST)

Covid-19 et travail par forte chaleur

Covid-19 et travail par forte chaleur

masque covid chaleur

Dans un article l’INRS répond aux interrogations des entreprises confrontées aux risques cumulés de la pandémie et des premières chaleurs d’été..

Voici quelques éléments de réponses :

 

Comment concilier la prévention des risques liés aux fortes chaleurs avec les précautions requises pour éviter la propagation du virus ?

Lors d’épisodes de fortes chaleurs, des mesures de prévention compatibles avec le risque de transmission de la Covid-19 peuvent être mises en place par les entreprises, notamment en repensant l’organisation du travail, l’aménagement des locaux et des postes de travail, la formation et la sensibilisation des salariés…..

Repensez l’organisation du travail et réservez l’usage du masque aux situations incompatibles avec la distanciation physique.

Si la distance d’au moins 1 mètre ne peut pas être respectée pour certaines tâches comme porter des charges lourdes à deux par exemple, chaque opérateur concerné doit porter un masque. Des visières (ou écrans faciaux) peuvent également être proposées.
En cas de températures ambiantes élevées, cette situation nécessite une vigilance accrue et la réorganisation du travail peut-être une solution :

  • limiter le temps d’exposition des salariés au soleil ou prévoir la rotation des tâches lorsque des postes moins exposés en donnent la possibilité ; 
  • aménager les horaires de travail, afin de bénéficier des heures les moins chaudes de la journée ; 
  • augmenter la fréquence des pauses et leur durée en concertation avec le service de santé au travail ;
  • limiter ou reporter autant que possible le travail physique ;
  • mettre à disposition de l’eau potable.

Après usage du masque ou dès qu’il est humide ou mouillé, il est impératif de le retirer en saisissant par l’arrière les lanières ou les élastiques sans toucher la partie avant, et d’en changer si nécessaire. 

Privilégiez l’aération des locaux de travail et limitez l’utilisation des ventilateurs et de la climatisation.

Les apports d’air neuf (air provenant de l’extérieur) permettent la dilution des virus éventuellement présents dans les locaux et doivent donc être privilégiés. Ces apports sont effectués par la ventilation mécanique, si possible sans recyclage d’air, ou par l’ouverture des fenêtres pendant les heures les moins chaudes de la journée, voire la nuit.

Dans les bureaux occupés par plus d’une personne, il est conseillé de n’utiliser la climatisation que lorsqu’elle est nécessaire pour assurer des conditions de travail acceptables. Lorsque celle-ci est utilisée, les débits de soufflages doivent être limités de façon à ce que les vitesses d’air au niveau des personnes restent faibles. Les vitesses d’air peuvent être considérées comme faibles lorsque les personnes présentes dans un local ne ressentent pas de courant d’air, ce qui correspond à une vitesse d’environ 0,4 m/s. L’entretien des installations de ventilation et de climatisation doit être assuré régulièrement conformément aux prescriptions de leurs fournisseurs. 

Les ventilateurs utilisés pour le rafraichissement des personnes produisent des vitesses d’air élevées qui peuvent transporter des contaminants sur des distances importantes. Il convient donc d’éviter leur utilisation autant qu’il est possible dans les locaux occupés par plus d’une personne. Dans tous les cas, l’utilisation de ventilateurs de grande taille, par exemple situés au plafond, est à proscrire, ceux-ci produisant des flux d’air importants et difficiles à maîtriser. Si l’utilisation de ventilateurs individuels s’avère malgré tout indispensable pour maintenir des conditions de travail acceptables en cas de fortes chaleurs, une réduction de la vitesse de l’air et une implantation limitant la dispersion de l’air sur plusieurs personnes sont recommandées.

Sécurité Sanitaire dans le BTP: Sortie officiel du guide de préconisation

Sécurité Sanitaire dans le BTP: Sortie officiel du guide de préconisation

Malgré le contexte, de nombreux acteur du BTP continue de travailler, à ce titre le guide de préconisation de sécurité sanitaire pour continuité des activité en période d’épidémie vient d’être publié.

Ce guide, à destination des professionnelles de la construction, à été réalisé pour les aider à adopter les mesures de prévention adaptées et à respecter les consignes sanitaires dans le contexte d’épidémie COVID 19.

Ce guide, à reçu l’agrément des ministères de la Transition écologique et solidaire, de la ville et du logement, des solidarités de la santé et du travail.

Plan de continuité d’activité

Plan de continuité d’activité

Conformément aux demandes du gouvernement, Action Préventive Formation a déployé une organisation en télétravail pour l’ensemble de ses collaborateurs afin de maintenir l’activité de l’Organisme de Formation.
Votre Organisme de Formation est joignables par e-mail et numéro de téléphone portable. Dans le cadre du plan de continuité d’activité, Action Préventive Formation a adapté son organisation.

En effet, dans son communiqué intitulé COVID-19 et formations l’INRS précise que « l’apprentissage des gestes nécessitant des contacts physiques entre les stagiaire allant à l’encontre des recommandations nationales de lutte contre l’épidémie, l’INRS préconise aux entité habilités de repousser temporairement leur formations ».

Néanmoins durant cette période nous:

  • Poursuivons notre travail de préparation de formations et d’actualisation de nos programmes et déroulés pédagogiques,
  • Prenons en charges vos demandes de formation, en programmant des dates ultérieurs,
  • Continuons de vous tenir informé des préconisations concernant la santé et la sécurité au travail,
  • Continuons de vous conseiller en santé et sécurité et de travailler sur vos process et documentations,

Durant cette période particulière qui nous oblige à nous adapter , nous avons pour objectif d’assurer la sécurité sanitaire de nos clients et celle de nos collaborateurs. Nous veillons à assurer la continuité de nos activités avec une organisation du travail adapté.

« Sauveteur Secouriste du Travail » Une formation appréciée des salariés et entreprises.

« Sauveteur Secouriste du Travail » Une formation appréciée des salariés et entreprises.

Quel que soit le secteur d’activité de votre entreprise, on n’est jamais à l’abri d’un accident. Or, toutes les sociétés ne sont pas dotées d’une infirmerie. Néanmoins lorsqu’un accident arrive, il faut agir rapidement, secourir et appeler les secours de manière efficace. Mais si aucun salarié n’a été formé, cela n’est pas toujours évident. C’est pourquoi il est important que les salariés suivent une formation SST, Sauveteur secouriste du travail. D’autant plus que tout salarié peut devenir sauveteur. D’une durée de deux jours, ce stage permet aussi de promouvoir la prévention des risques professionnels. Après obtention du certificat, il faudra suivre un Maintien et Actualisation des Compétence (de 7 heures) tous les 2 ans.

« 69 % des représentants de l’entreprise déclarent que le salarié formé est déjà intervenu pour porter secours dans l’entreprise ».

Une enquête publiée par la revue Références en santé au travail *(1) révèle que les salariés ayant suivi une formation sauveteur secouriste du travail (SST) sont en mesure d’intervenir en cas d’accident mais aussi de mieux prévenir les risques dans leur entreprise.

  • 69 % des représentants de l’entreprise déclarent que le salarié formé est déjà intervenu pour porter secours dans l’entreprise.
  • 57 % que le salarié formé a déjà participé à la prévention des risques professionnels en proposant des pistes d’amélioration.
  • 52 % que l’entreprise a déjà sollicité les salariés formés pour l’aider à identifier des risque professionnels.

« La majorité des salariés déclarent avoir participer à la formation pour secourir en toute circonstance »

La seconde raison évoquée par les salariés est la capacité d’intervenir en cas d’accident sur le lieu de travail

  • (59,8 %), sans différence significative selon le secteur d’activité.
  • Les salariés considèrent que les formations SST et MAC ont « tout à fait répondu » à leurs besoins en matière de secours, sans différence significative entre les secteurs d’activité.
  • L’adaptation des formations à leur secteur d’activité a satisfait la majorité des salariés, « complètement » pour 57,7 % d’entre eux.

Effets identifiés de la formation ou apports de la formation

Pour les salariés, la formation SST répond à leurs besoins (99 %), leur apporte une meilleure connaissance des risques professionnels et est jugée utile pour ceux ayant apporté une aide. Pour les chefs d’entreprise, outre l’intervention de secours, les salariés formés participent à la prévention des risques professionnels.

*(1) Sauvetage secourisme du travail : une formation appréciée des salariés et des entreprises”, Références en santé au travail, n° 160, décembre 2019 (http://www.rst-sante-travail.fr/)

Découvrez la formation Sauveteur Secouriste du Travail avec Action Préventive FORMATION